Site en construction
LIVRES





 

Dr Aldo Naouri
Une place pour le père

étude (poche)
Auteur Aldo Naouri
Editeur Points
Date de parution 05/1999
Collection Points, numéro 643
Nombre de pages 363 pages
Format 11 cm x 18 cm
ISBN 2020374463

Une femme devient mère en mettant un enfant au monde : son rôle, sa place et sa fonction découlent de ce fait biologique et sont intimement liés entre eux. Devenir père pour un homme est autrement plus compliqué : il ne lui suffit pas de donner son nom ou d'assumer la charge matérielle de son enfant, il lui faut de plus occuper une fonction qu'il ne peut pas créer par son seul vouloir. Qu'est-ce que cette fonction. Comment peut-elle se mettre en place ? Quand on sait combien sa carence est préjudiciable à l'équilibre d'un couple et au devenir de l'enfant, on ne peut pas se soustraire à ces questions. Or, c'est à elles que cet ouvrage se propose de répondre en faisant appel à des dizaines de cas cliniques édifiants, émouvants et minutieusement analysés.


Pour obtenir ce livre :

Pourquoi j'ai écrit ce livre ?

La traversée d'une psychanalyse ouvre l'oreille de celui qui s'y est prêté sur un mode tel que plus jamais cette oreille ne peut se refermer. Au fil, et surtout au terme, de la mienne, je suis devenu ce médecin dont une oreille était branchée sur un stéthoscope pendant que l'autre recueillait les mots qui se tenaient autour de la souffrance. Cette écoute, et les ponctuations que je mettais dans les discours qui m'était adressés, avaient des effets considérables. J'ai eu alors à me rendre compte d'un fait absolument inattendu pour le médecin formé, comme je l'avais été, selon la méthode la plus classique : à savoir que la réintroduction et le soutien de l'instance paternelle dans la cellule familiale n'assurait pas seulement à l'enfant un bon équilibre affectif mais parvenait à le doter d'une santé physique à toute épreuve.
Or, du père et de tout ce qui pouvait y avoir trait, plus personne ne voulait entendre parler après mai 1968. Les slogans tels que " il est interdit d'interdire " ou " sous les pavés, la plage " attestaient de l'investissement du plaisir sans borne et du refus de la censure qu'aurait pu porter sur cet investissement une quelconque fonction paternelle.
Avec de très nombreux cas cliniques, exposés jusque dans leurs pus infimes détails et analysés méticuleusement, j'ai cru bon de porter mon constat - au demeurant toujours valable - à la connaissance du public le plus vaste. La publication de cet ouvrage, en 1985, m'a valu des réactions mitigées. L'hostilité marquée de la plupart d'entre elles m'a conduit à ne plus quitter l'exploitation de sa thématique et à ne plus cesser de recenser l'ensemble des paramètres qui interviennent dans son rejet. Pour une partie du public, je suis devenu un " défenseur des pères " - contre les mères faut-il entendre ! - alors que je n'ai jamais eu d'autre préoccupation que le sort de l'enfant.